2013, une année Capitale à partager - Déjeuner-débat du mardi 8 janvier, animé par Christian Apotheloz, consultant, Rédacteur en chef de Radio Dialogue 89.6. L'invité du jour est Gérard Detaille, Adjoint au Maire chargé de la culture des 6ème et 8ème arrondissements de Marseille.

Le silence et la clameur

P1170033Gérard Detaille est avant tout connu à Marseille comme le représentant d'une famille qui a su donner de cette ville des photographies qui ont enrichi son patrimoine : installé à Marseille en 1902, le grand-père de Gérard Detaille, venu de Suisse, lui-même photographe de métier, a transmis sa passion aux trois générations suivantes qui ont perpétué le talent familial.

Le premier studio de photos installé il y a 110 ans 21 rue de "Noailles" - "La Canebière" depuis 1927 - est abandonné aujourd'hui : deux autres ont vu le jour depuis, rue Montgrand et rue Jauffret.

A écouter les accents de nostalgie dans la voix de Gérard Detaille évoquant la fermeture du studio de La Canebière, on comprend son engagement dans la municipalité de Marseille, aux commandes de la culture à la mairie des 6ème et 8ème arrondissements, mais aussi que cette rue si célèbre - La Canebière - n'est pas à la hauteur de ses souvenirs, ses espoirs, ni, serait-on tenté de le dire, ses fantasmes.

g_rard_detaille

Marseille, en effet, semble ne jamais vraiment correspondre à l'idée que l'on s'en fait. Ville ouverte sur la Méditerranée, sur l'Orient, mais également métropole d'envergure nationale, cette cité accueille et fait siennes les opinions les plus fantasques sur sa vocation : qu'on la craigne ou qu'on l'encense, elle se joue tout autant des préjugés à son endroit, insaisissable, changeante, multiple, imprévisible.

La Canebière illustre parfaitement cela : traversée par les rue marchandes de l'hyper centre, toute la ville s'y croise dans un ballet animé par le tramway flambant neuf qui ponctue sa course d'un son de clochette devenu familier aux piétons. On y trouve la maison méditerranéenne des métiers de la mode, une antenne de l'université Paul Cézanne, L'Institut universitaire de formation des maîtres (qui deviendra bientôt Ecole supérieure du professorat et de l'éducation), mais aussi des boutiques de toutes sortes offrant aux passants leurs services variés à prix coûtants - restauration, vente de vêtements, de chaussures... Et encore, devant les entrées de métro, des mendiants jeunes et vieux, d'ici ou d'ailleurs.

P1170045

C'est devenu le casse-tête des édiles de la ville qui cherchent à sortir la vieille cité méditerranéenne de ses ornières : Marseille est une des rares villes dont le centre soit resté pauvre, reléguant à la périphérie sud et est les classes moyennes et supérieures.

Dans ce contexte, on peut comprendre l'aspiration de Marseille à devenir Capitale Européenne de le Culture : que la candidature de la ville ait été retenue pour l'année 2013 n'a pas manqué d'en étonner plusieurs, notamment ceux qui jugeaient insurmontable l'écart qu'il lui faudrait combler pour se hisser à la hauteur de villes d'envergure et d'ambitions voisines - telles Lyon ou Lille, voire Barcelone, éternelle rivale.

Voilà donc notre bonne ville un peu abasourdie par la nouvelle, les ailes encore froissées par une mue soudaine, hérissée de grues, éventrée par les marteaux-piqueurs, embouteillée, ravaudée, mais aussi goguenarde et effrontée de se savoir si courtisée !

IMG_1321Comme l'a rappelé Gérard Detaille, l'affaire n'était pas dans le sac : pouvait-on en effet croire que le Musée des Arts et Traditions Populaires situé au jardin d'acclimatation à Paris serait effectivement délocalisé à Marseille ? C'est pourtant chose arrêtée, et le musée rebaptisé pour l'occasion MuCEM - Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée - ouvrira ses portes en juin, hébergé en partie dans le bâtiment recouvert d'une mantille de béton créé par l'architecte Rudy Ricciotti.

mucem_2

Une passerelle reliera le bâtiment à l'esplanade du Fort St Jean rendu aux Marseillais qui pourront y déambuler pour jouir d'un des plus beaux panoramas qu'on puisse imaginer : la baie marseillaise y déroule des kilomètres de côte, de l'estaque, au nord, aux calanques du sud, en partie visibles depuis ce point haut.

MUCEM_chantier_649x453

Le fort lui-même accueillera une partie des collections du musée, certaines en libre accès. L'ancienne caserne du Muy, quant à elle, servira de bâtiment de conservation : le MuCEM a en effet également vocation à accueillir une collection qui pourra être échangée, prêtée dans les musées du monde entier.

P1080090Comme on le voit, l'aspiration marseillaise aux pérégrinations ne se limite pas à la traversée du Vieux Port en Ferry Boat (à prononcer correctement, c'est-à- dire "feriboite" !)

P1170056On pourrait poursuivre avec Gérard Detaille l'énumération des manifestations et transformations que la nouvelle vocation de Marseille a permises : la rénovation de tous les musées marseillais, qu'il s'agisse de l'architecture ou de la mise en valeur des oeuvres ou de l'effort pédagogique pour intégrer les nouvelles technologies, mais aussi la transformation des accès à la mer dans les quartiers du Vieux port, de La Joliette et, plus au nord, près du port de commerce ; la programmation festive, dans la mairie de secteur dont Gérard Detaille est un des adjoints, mais aussi partout IMG_1291dans la ville : la clameur qui promet de s'élever dès samedi prochain, 12 janvier 2013, depuis de nombreux sites de la ville ne devrait pas s'éteindre si vite. Nul doute qu'elle enflera quelques temps encore.

Mais après ? Les lendemains de fêtes ne sont pas toujours glorieux. Et il s'est élevé dans l'assistance du Parvis du Protestantisme des voix pour s'inquiéter de la suite donnée aux projets initiés à l'occasion de cette année sous les feux de la rampe.

Que se passera-t-il, une fois les paillettes balayées, les décors démontés et les coupes de champagne vidées ?

P1170050

Quelques éléments de réponse ont été avancés par Gérard Detaille : il a rappelé le nombre de visiteurs attendus pour cette année "Capitale" - 15 millions. De quoi sans doute donner un peu de dynamisme à cette ville dont l'activité repose majoritairement sur l'emploi public (c.f. l'article du blog du Parvis du Protestantisme du déjeuner-débat du 25 octobre 2011 dont l'invité était Laurent Lhardit).

Plus encore, la participation de nombreuses villes autour de Marseille montre qu'un changement de mentalité est peut-être possible. Aix-en-Provence, petite soeur rivale de Marseille, Martigues, Arles, La Ciotat, Aubagne s'associent à la métropole centrale pour créer une réelle dynamique régionale qui anticipe sur un projet sérieux et ambitieux de communauté de communes : car peut-on imaginer qu'Aix-en-Provence ne fasse pas partie de la communauté urbaine de Marseille (MPM), alors que ces deux villes se partagent désormais la même université, Aix Marseille Université (AMU) ? (C.f. l'article du blog du Parvis du Protestantisme du déjeuner-débat du 4 octobre 2011 dont l'invité était Philippe Méjean, en présence de Philippe San Marco).

Moise___ChagallAinsi, comme l'a rappelé le pasteur Frédéric Keller lorsqu'il a donné un point de vue théologique sur le thème de ce mardi, la clameur qui se profile, tant attendue, tant espérée, ce cri de joie et d'allégresse ne saurait se suffire à lui-même. Envisagée de manière parfois péjorative dans la Bible, la clameur ne structure rien : elle est l'expression d'une émotion souvent incontrôlée, rarement analysée. Elle peut n'être qu'un point d'arrêt. A l'opposé, la parole, valorisée par le texte biblique, structure le peuple et lui ouvre un avenir : seule, elle peut lui permettre de sortir de la clameur, du cri, de la violence ou de l'enthousiasme chaotique pour qu'il soit en mesure de construire.

Deux exemples tirés de la Bible permettent d'éclairer ce clivage entre clameur et parole : la révélation à Moïse s'est faite sur fond de clameur cosmique ; le peuple entendait le tonnerre et les tremblements de terre, accompagnés de trompette retentissante, et se tenait éloigné de la montagne. Dans ce chaos, dix paroles ont été délivrées, dix commandements qui ont structuré le peuple hébreux et ont été légués à l'humanité jusqu'à aujourd'hui. (Lire dans la bible, le livre de l'Exode, chapitres 19 et 20).

Elie_ravenne_basilique_S_Apollinaire_Jfbradu__Plus tard, le prophète Elie a connu lui aussi un épisode de "théophanie" (apparition de Dieu) dans des circonstances bien différentes (la bible, premier livre des Rois, chapitre 19). Dieu ne se révèle pas dans la clameur. Il n'est pas davantage dans la parole. Il est dans le silence. Ainsi, ce n'est pas ce qui fait le plus de bruit qui est le plus signifiant. Ce qui a du sens, c'est ce qu'il faut discerner.

Ce silence riche de réflexion, nous souhaitons tous qu'il succède à la clameur et devienne promesse d'un avenir, d'une ouverture pour cette belle cité méditerranéenne : Marseille !

IMG_1324

IMG_1250

Les photos en gros plan du MuCEM en travaux sont de P. Nicolas